Partager un piquenique dominical

Sous les filaos, dans l’herbe ou dans les hauts, le piquenique du dimanche est le sport national réunionnais. Mais avec le diabète, la tradition doit s’accommoder de quelques compromis…

Dans la marmite

La reine du piquenique est la marmite. Préparé à l’avance ou cuisiné sur place au feu de bois, le cari est toujours au rendez-vous. On n’est pas des bourreaux, ne va pas vous empêcher d’en manger. Mais dans la mesure du possible, préférez le poisson à la viande de porc, plus grasse. Le poulet grillé est une excellente alternative. Et quel que soit le plat ou l’ingrédient cuisiné — viande, grains, brèdes — diminuez la quantité d’huile !

Dans l’assiette

Le grand air donne faim, et la bonne compagnie appelle la bonne chère. Pourtant, vous devez faire attention aux quantités que vous mangez. Évitez de vous resservir. Côtérougails, préférez la tomate ou la mangue à la dakatine.

En amuse gueule, préférez les bouchons et achards de légumes aux samoussas et bonbons piments, très gras.

Finissez par un fruit frais plutôt qu’une tarte ou un beignet.

Dans le verre

Remplacez le punch par un verre de jus de fruit frais. L’eau est de loin la boisson la plus désaltérante et la plus saine.

Les alcools sont à modérer, voire à éviter complètement s’il fait chaud : ils aggravent la déshydratation.

Et surtout…

Profitez du grand air pour bouger ! Faites une promenade digestive, marchez et profitez du paysage, jouez avec les enfants : toute activité physique supplémentaire est bonne à prendre.